top of page

 

QUESTIONS / REPONSES

 

1) Je n'ai pas la possibilité de payer les frais de scolarité – existe-t-il des fonds disponibles pour m’aider ?

Nous ne recevons aucune subvention, de fait, nous devons nous auto-financer. Les frais de scolarité sont la principale ressource de l’école, ce qui permet notamment de financer les deux postes de dépenses les plus importants, la masse salariale et le bâtiment, ainsi que toutes les dépenses annexes : travaux, mobilier, produits d’entretien, supports pédagogiques, équipements, papeterie…

Nous allons néanmoins rechercher des fonds qui pourront être redistribués sous forme de bourse de scolarité à destination des familles à bas revenus. Il est vraisemblable cependant que ce type de fonds ne soit pas captés la première année.  

 

2) Les enfants ont-ils des devoirs ?

Par défaut, les élèves n’ont pas de devoirs. Cependant, ceux-ci peuvent éventuellement en avoir si cela est jugé nécessaire par le référent et l’élève, afin d’atteindre un objectif spécifique. Ceci s’inscrit dans la démarche de mentorat de l’école, et les devoirs peuvent être un outil parmi tant d’autres pour l’acquisition de connaissances / compétences, ou atteindre l’objectif que l’élève s’est fixé.

 

3) Comment se passe la transition dans une autre école / l’entrée au lycée ?

Au sein de notre école, l’accent est mis sur les centres d’intérêts de l’élève. De fait, la préparation de l’orientation est une priorité, et un des objectifs de notre école est de préparer une orientation réussie. De fait, l’élève se consacrera à travailler les connaissances nécessaires pour réussir sa transition, qu’il s’agisse d’une entrée en lycée général ou professionnel. Un contact sera pris suffisamment tôt avec l’établissement souhaité, afin de définir au plus juste la préparation.

Si l’obtention du brevet des collèges est identifié comme un pré-requis à l’entrée dans l’établissement ciblé, l’élève pourra travailler à sa préparation et se présenter à l’examen.  

 

4) Que faire si mon enfant refuse d’aller en cours de lecture ou d’écriture ?

 

En début d’année, le référent échange avec l’enfant afin d’établir le planning personnel de ce dernier. La base de ce planning est la participation aux cours / activités dirigées, mais également la mise en place de projets individuels ou collectifs. Cependant, il est possible qu’un élève refuse d’aller par exemple en cours de français. Dès lors, le rôle du référent va être de proposer à l’enfant d’autres types de format d’apprentissages, afin que celui-ci puisse acquérir cette connaissance d’une autre manière.

Considérant que l’apprentissage par la contrainte est contre-productif, l’enfant apprendra à lire et à écrire quand il en ressentira le besoin ou l’envie. L’enfant réalise tôt ou tard que savoir lire et écrire est un besoin essentiel, et, dès lors que sa décision est prise, l’apprentissage se réalise généralement de manière rapide. 

L’environnement de l’école et la dynamique collective sont des leviers importants permettant de stimuler les élèves à apprendre, notamment grâce à la diversité des formats d’apprentissage que nous offrons, ainsi que la personnalisation de l’accompagnement.

 

5) Comment mesurez-vous et formalisez-vous les acquisitions des élèves ?

 

L’outil individuel de suivi du socle commun, que nous utilisons au sein de notre école, fonctionne de la même manière que le livret scolaire de l’éducation nationale. Chaque élève a un outil de suivi. Celui-ci formalise toutes les progressions de chaque élève au regard du socle commun de connaissances, compétences et culture, qui est le référentiel de l’éducation nationale.

Cet outil est rempli au fil de l’eau par les référents, mais également lors des évaluations trimestrielles réalisées entre le référent et l’élève.

 

Extrait du site internet de SUMMERHILL:

1) Comment les élèves s'intègrent-ils dans le monde du travail après une vie scolaire dans un milieu « protégé » ?

Nous pensons que les élèves de Summerhill sont mieux préparés pour le monde du travail que la plupart des autres jeunes. Les élèves de Summerhill ont l'habitude de contrôler leur propre vie et de prendre des décisions pour eux-mêmes - tout comme les adultes le font dans leur vie quotidienne. Ils décident quoi faire, quand et comment le faire. L'un des principaux défauts du système éducatif au sens large est le manque d'opportunités pour les enfants d'apprendre à assumer la responsabilité de leurs propres actions, les conséquences de leur prise de décision et comment corriger les choses lorsqu'ils ont pris une mauvaise décision.

Certains peuvent penser que nos élèves auront du mal à s'adapter, car il n'y a que peu de contraintes dans notre école. En fait, les élèves de Summerhill sont constamment confrontés à des situations de contraintes dans leur vie quotidienne à l'école, notamment via l’expérience de la communauté scolaire, mais également via les différents mécanismes démocratiques de l’école. Cependant, au lieu d'être obligé de faire des choses car il y est forcé par un adulte, l’élève va lui-même assumer ses responsabilités, prendre ses propres décisions, pour lui mais également dans le respect de la communauté scolaire. Comme cela est le cas à la vie adulte.

 

La croyance selon laquelle l’école Summerhill est une école non structurée est fausse. En raison des nombreuses lois de l’école qui régissent la vie quotidienne, les élèves sont habitués à un cadre solide. Vivre dans une société démocratique où les demandes et avis des élèves sont exprimés lors du Conseil d’école, mais également dans les espaces d’échange avec leur référent, donne aux élèves un sens aigu de la responsabilité, de la justice, ainsi qu’une capacité à écouter et à comprendre le point de vue de l’autre personne. Ces espaces sont autant de possibilités pour développer leur capacité à penser par eux-mêmes, écouter les autres, mais également apprendre à débattre, à argumenter, et s’exprimer en public.

Ainsi, ils sont bien préparés pour interagir dans le monde extérieur.

 

Voici également un autre exemple, concernant celui-ci les anciens élèves de l’école démocratique Sudbury, aux États-Unis :

« Aucun des diplômés (issus de la Sudbury Valley School) ne se plaignait de difficultés à s’adapter au cadre formel que représente l’université, ou un emploi. Ceux que nous avons pu questionner à ce sujet ont expliqué à l’unisson que le choix de poursuivre leurs études ou d’exercer un métier particulier était le leur, qu’ils aimaient ce qu’ils faisaient, et qu’ils étaient tout à fait en mesure d’accepter les règles que ces engagements impliquaient.

Des individus qui avaient été en rébellion à l’égard du travail scolaire imposé lorsqu’ils n’avaient pas leur mot à dire, c’est à dire avant d’entrer à Sudbury Valley, acceptaient les contraintes de l’université, ou d’un emploi, parce que cela procédait de leur choix. »

Extrait de « Libre pour apprendre », de Peter Gray.

 

2) Quelles qualités particulières attendez-vous que les élèves de Summerhill acquièrent ?

 

Cela dépend dans une certaine mesure de la situation personnelle de l’enfant avant et pendant son séjour à l’école. Certains enfants ont intégré l'école avec certaines difficultés, et vont encore devoir y faire face dans leur vie d'adulte. Summerhill a cependant un très bon bilan pour aider ces enfants, mais il n’existe pas de solution magique.

Les qualités que nous voyons généralement chez les élèves de Summerhill sont: l'estime de soi, la tolérance, l'intégrité, l'équité, la compréhension, la motivation personnelle, le bon sens, la sensibilité, la compassion, l'affirmation de soi, la créativité, l'individualité, l'humour.

 

3) Pourquoi les parents envoient-ils leurs enfants à Summerhill?

La plupart des parents croient en la philosophie de l'école, mais nous avons aussi des élèves qui ont eu des problèmes dans d'autres écoles et qui viennent ici pour s'en éloigner.

Malheureusement, de nombreux parents ne nous contactent pas tant que leur enfant n'a pas de sérieux problèmes à l'école. Souvent, ces enfants sont déjà adolescents. Notre expérience nous montre que certains élèves qui arrivent tard, peuvent parfois trouver le changement difficile et cela peut causer des problèmes pour eux-mêmes ou pour la communauté.

 

4) Que font les élèves de Summerhill après leur départ ?

Lorsque les enfants quittent Summerhill, la plupart poursuivent leurs études pour obtenir des qualifications appropriées dans des collèges des lycées d'enseignement supérieur. Certains iront à l'université, d'autres non - c'est une affaire de choix personnel.

Leurs carrières sont très variées. Nous avons des artistes, des médecins, des avocats, des enseignants, des professeurs d'université, des charpentiers, des scientifiques, des musiciens, des chefs, des acteurs, des jardiniers, des agriculteurs, des reporters de journaux, des cinéastes, des techniciens, des photographes, des danseurs, des programmeurs informatiques, des écrivains, des illustrateurs, des soignants pour handicapés, et des entrepreneurs.

bottom of page